• Absences et nouvelles

    C'est ici que je parlerais de mes absences et que je donnerais aussi régulièrement que possible de mes nouvelles.

  • Nous voilà à un mois de la reprise des cours. Il est temps d'entrer dans les explications.

    Et, je sais, je suis trop scolaire ^^'

     

    I - Les vacances

    Dans cet article, j'ai expliqué que la dernière année scolaire avait été é-pui-san-te. Cependant, je n'ai pas pu me reposer pendant les vacances et ce n'est pas le mois d'août qui me le permettra puisque je ne serais chez moi que la dernière semaine. Le jour, je bosse dur sur Duolingo et sur mon Code un jour sur deux et, la nuit, ma dépression faisait que je dormais mal. Bon, j'avoue que je faisais aussi du RPG mais on a tous le droit de se divertir, non ?

     

    A cause du confinement, mon job d'été a été annulé pour le mois de juillet.

    En août, je serais en Charente-Maritime (du 1er au 22 août) avec ma famille. Pourquoi je ne me reposerais pas ? Parce que je ne suis pas bien quand je ne suis pas chez moi et que je suis une personne très nerveuse. Il faut aussi savoir que la saleté des autres peut me dégoûter (ongles coupés, traces, etc). De plus, je serais dans un mobil-home et j'ai la phobie des insectes. Le camping en est toujours plein, malheureusement. Pour couronner le tout, comme je ne parviens pas à me remettre du Harcèlement dont j'ai été victime toute ma vie, j'ai peur de chaque personne.

     

    Aujourd'hui, je n'espère qu'une chose : pouvoir bien dormir. Mais c'est tout bonnement impossible.

     

    II - Reprise des cours

    a) Première issue possible : l'horreur

    Cette année, c'est ma seconde année en BTS.

    Cette année, je dois faire un stage à vocation internationale.

    Cette année, j'ai les épreuves de langues.

    Cette année, je ne sais pas si je tiendrais.

     

    Niveau langues, j'espérais m'améliorer en anglais grâce à Duolingo mais je suis loin, très loin d'avoir le niveau requis. Tout comme pour l'espagnol, je ne connais même pas les bases. Je ne commencerais mon entraînement d'espagnol sur Duolingo qu'après mon stage à vocation internationale (du 9 novembre au 18 décembre 2020).

     

    J'ai peur. Extrêmement peur.

    Et si ça se passait mal ?

    Et si j'échouais pour le stage à vocation internationale ? Pour les épreuves de langues ?

    Et si le Harcèlement reprenait à cause de cela ?

    Parviendrais-je à supporter cet échec ?

    Que se passera-t-il suite à cet échec ? Je continuerais mes études ou je les arrêterais ?

    Ce qui est certain, c'est que toute la pente que j'ai réussi à remonter sera perdue. Je ferais une chute de haut.

     

    En fait, je ne veux pas penser à cette issue de l'horreur mais c'est malheureusement la plus probable.

     

    b) Deuxième issue possible : la chance

    Comme j'aimerais connaître cette issue. Mais c'est malheureusement peu probable que je m'en sorte pour le stage à vocation internationale et pour les épreuves de langues.

    Si je m'en sors, ce serait une chance inouïe.

    Et c'est tout ce que j'ai à dire pour cette issue car j'y crois très peu.

     

    III - Le RPG

    Le RPG, c'est ma passion. Le RPG est donc un sujet important x)

     

    Je serais très peu présente puisque je dois vraiment bosser sur Duolingo. C'est bien simple : je serais en hors-ligne et mes seuls passages seront pour répertorier mes notifications dans un  document Word pour ne rien manquer à mon retour.

    Bien sûr, je me ferais un récapitulatif de personnages avant mon départ et j'essaierais de venir tous les week-end mais je dois vraiment devenir quasi-bilingue en anglais avant mon stage à vocation internationale puis quasi-bilingue en espagnol avant les épreuves de langues, ce qui est impossible vu que, tant que je n'aurais pas confiance en moi, je n'y arriverais pas.


    votre commentaire
  • Une nouvelle année scolaire se terminera le vendredi 3 juillet 2020. L’année la plus épuisante que j’ai pu connaître. Et pourtant, je n’ai connu que des années épuisantes.

    Avant, il y avait le Harcèlement qui me poussait à travailler dur et à lutter pour garder mon masque. Un masque de gentille fille qui veut juste faire bonne figure.

    Mais, cette année, ce fut différent. Le Harcèlement est terminé. Pas une seule fois on s’est moquée de moi. Pas une seule fois on m’a insulté. Pas une seule fois on m’a bousculé. Pas une seule fois on m’a racketté. Rien de tout cela et je ne sais même pas ce qui a changé.

    Cette année, ce fut du combat. Combattre la dépression. Combattre la peur. Combattre pour garder mon masque. Mais le garder pour quoi ? Pour fuir le plus grand des combats que je puisse mener ? Pour fuir la souffrance ? Et qu’est-ce que j’y ai gagné ? Le plus grand des épuisements. Le surmenage.

    Je voudrais terminer cette année maintenant mais que diront mes profs qui ont l’habitude de mon sérieux ? Serais-je capable de leur dire que je ne fais pas que bosser ? Que je me détruis dans des combats inégaux, encerclée par des murs impossibles à escalader ? Non. Je n’y arriverais pas. La peur me maintient dans le silence. Le silence me maintient dans la dépression. La dépression me maintient dans la peur.

    Cette année, on m’a fait remarqué que j’avais été radine en Seconde parce que je ne prêtais rien. N’ont-ils réellement retenu que cela ? Ont-ils oublié que je ne mangeais quasi-jamais le midi ? Que je m’isolais ?

    Le mardi 16 juin 2020, je me suis fait opérer des dents de sagesse et je peine encore à m’en remettre aujourd’hui. Je n’ai pas dit que j’étais dépressive en plus de mon erreur de poids (70 au lieu de 57,4) et ce fut une grosse erreur. L’anesthésie empire la dépression. Je commence à peine à m’en remettre parce que j’avais trop peur.

    Ce que je souhaite ? Des vacances amplement méritées. Des vacances desquelles je reviendrais en forme, loin de ma dépression, loin de ma peur.

    Je souhaite une vie meilleure pour une personne dont la devise est « aider avant d’être aidée ».


    votre commentaire
  • Le mardi 16 juin, je me suis faite opérer des dents de sagesse sous anesthésie générale (je ne supporte pas les craquements d'os).

    Certains ont la chance de ne pas avoir de dents de sagesse et je les hais ne connaîtront pas cette opération si banale et pourtant, si douloureuse pour certains.

    Je vais, dans cet article, vous parler de mon expérience.

     

    I - Dernier rendez-vous avec l'orthodontiste

    Le vendredi 14 février 2020, j'ai eu un rendez-vous avec mon orthodontiste  (j'en avais un tous les six mois pour surveiller mes dents de sagesse). Ce jour-là, elle m'a annoncé qu'il fallait me les enlever et elle m'a donné les coordonnées d'une chirurgienne.

     

    II - Rendez-vous avec la chirurgienne

    Le vendredi 21 février 2020, j'ai eu mon rendez-vous avec la chirurgienne. Elle m'a expliqué comment se passerait l'opération et m'a fait choisir entre l'anesthésie locale *frissonne* et une anesthésie générale. Elle a regardé mes dents, histoire de voir par elle-même où en étaient mes dents de sagesse et, après quelques informations complémentaires, elle m'a donné une ordonnance post-opératoire ainsi qu'une facture de ses honoraires (350€, c'est douloureux).

     

    III - Rendez-vous avec un anesthésiste et avec les admissions

    Le vendredi 13 mars 2020, j'ai eu mon rendez-vous avec l'anesthésiste. J'ai dû remplir le Questionnaire médical d'anesthésie dans lequel je me suis complètement trompée de poids. Une erreur qui m'a coûté.

    Pour faire court, mon jumeau aime me rappeler que je suis grasse ce qui, en soit, n'est pas faux vu que je ne mange absolument pas sainement. Au final, ne connaissant pas mon poids ce jour-là, j'ai mis 70 kilos. Je me suis pesée le lendemain : 57,4 kilos.

    Pendant le rendez-vous, il m'a expliqué comment se passerait l'anesthésie avant de me donner une feuille Information patient sur l'anesthésie et une autre déprimante : Recueil des directives anticipées. En gros, cette feuille facultative permet de dire ce qu'on veut si on devient un "légume". Sachez-le, je ne l'ai pas complété. Ce rendez-vous s'est terminé après qu'il m'ait donné une facture de ses honoraires (80€, ça picote).

     

    Suite à ce rendez-vous, j'ai été aux admissions. Je leur ai donné pleins de papiers (justificatif de domicile et autres papiers dont je n'ai plus les noms) avant de leur dire que je voulais un box (chambre pour trois). Encore une discussion puis le rendez-vous s'est clos.

     

    IV - Confinement

    Comme vous le savez tous, on a été confiné le mardi 17 mars 2020 à cause du Covid-19. Résultat : mon opération prévue le mardi 24 mars 2020 est annulée.

    Attendre, attendre, attendre et avoir peur. Peur que ce soit trop long et que la douleur post-opératoire soit pire à cause de mon infection.

    La douleur vient et part sans cesse. Je me retrouve à demander à un dentiste de quoi calmer la douleur en attendant l'opération. Une opération que j'attends avec de plus en plus d'impatience.

     

    V - Nouveau rendez-vous avec une anesthésiste et les admissions

    Le jeudi 4 juin 2020, la chirurgienne m'appelle pour me donner une nouvelle date d'opération : le mardi 16 juin 2020.

    Suite à cet appel, je prends rendez-vous avec une autre anesthésiste. J'y vais avec ma mère. Comme j'en avais déjà eu un, elle m'a simplement rappelé comment se passerait l'anesthésie avant de me donner une ordonnance pour un test Covid (obligatoire) et la facture de ses honoraires (toujours 80€).

     

    Après ce rendez-vous, je vais aux admissions. Je dois être seule avec la personne qui s'en occupe à cause du virus. Et là, dans mon dos, elle met dans mon dossier que je veux une chambre simple (100€). Elle termine mon dossier puis je rejoins ma mère dans la salle d'attente. Une fois sorties de la clinique, je dis à ma mère ce que l'opération va coûter : 350€ pour la chirurgienne, 80€ pour l'anesthésiste puis 124€ pour la clinique. Ma mère comprend tout de suite et je retourne aux admissions où la personne joue sur la mutuelle pour que je garde la chambre simple. Si ma mère n'avait pas été là, elle aurait gagné ^^'

     

    VI - Opération

    Le Jour J est arrivé. Nous sommes le mardi 16 juin 2020. J'arrive à la clinique avec ma mère et on paie avant d'aller dans ma chambre. Et là, c'est l'étonnement : j'ai une chambre simple au prix d'un box. Un vrai plaisir ^^

    Une fois que l'infirmière est partie, je me change pour porter l'habit d'opération et je patiente avec ma mère. Opération prévue à 12h, je me fais opérer à 13h.

    Préparation, opération, je retourne dans ma chambre à 16h. On me donne une collation mais j'ai des nausées et je peine à manger. Je mets cela sur la grande faim. Après tout, mon dernier repas remontait à la veille au soir (20h).

    Ensuite, on attends le passage de la chirurgienne qui nous annonce qu'elle a été étonnée de voir que mes dents de sagesse étaient coincées. Ça sent la grosse douleur. Elle me trouve pâle et s'en inquiète mais ma mère lui dit que j'ai des périodes où je suis plus blanche que d'habitude. La chirurgienne est convaincue, on peut rentrer.

    Cependant, sur le trajet du retour, j'ai un gros mal des transports. Pourtant, une fois chez moi, ça reste des nausées.

     

    VII - Jusqu'à aujourd'hui

    Mercredi 17 juin 2020 : Toujours pas bien. Ma mère contacte la chirurgienne qui me donne un médicament contre les nausées. La journée est difficile mais je tiens difficilement bon.

    Jeudi 18 juin 2020 : Je vais un peu mieux. J'enchaîne toujours les migraines, je suis épuisée et je comprends que mon erreur de poids a provoqué mes nausées. Je retiendrais la leçon.

    Vendredi 19 juin 2020, aujourd'hui : Ca reste très dur. Il va me falloir encore longtemps avant de m'en remettre à 100% mais je m'en sais capable.

     

    VIII - Et enfin, un message ?

    Ne vous trompez jamais de poids dans le questionnaire. Il vaut mieux dire qu'on n'en sait rien pour limiter les risques.

    Et, surtout, ne mentez sous aucun prétexte. Ce mensonge pourrait vous coûter la vie.


    6 commentaires
  • Et voilà, les vacances de Pâques sont terminées. Les cours reprennent.

     

    I - Les cours en visio

    La première chose à savoir, c'est que j'aurais des cours en visio, désormais, mais uniquement avec ma prof folle (elle provoque le surmenage à elle toute seule).

    Le mercredi et le vendredi de 11h15 à 12h.

    En soit, on est censé l'avoir 1h30 par semaine.

     

    II - Travail

     1. Faire un chapitre de 11h30

    2. Faire un chapitre de 9h45

    3. Faire un chapitre de 12 pages de questions dont une réponse = une page -> 3 jours pour le faire

    4. Faire 3 chapitres de 8h chacun

    5. Faire un devoir type BTS -> 7h pour le faire

    Quelle belle reprise *ironie*

     

    III - RPG

    Aaaah, ma passion. Encore une fois, je devrais en faire moins mais je ne l'arrête pas.

    J'en ai besoin plus que jamais.

     

    IV - Le point sur mon état

    Si je vais mieux ? Absolument pas.

    Le stage à vocation internationale approche et me plonge dans l'effroi le plus total.

    Sans les traducteurs, je ne m'en sortirais vraiment pas. J'aurais des notes horribles.

    Je voudrais apprendre mais voilà, ma dépression m'en empêche.

    Et puis, je n'ai plus le concours d'éloquence pour m'aider à vaincre la peur. Il va être annulé.


    votre commentaire
  • Et voilà, je commence à être en surmenage.

    1. Je tremble comme une feuille à cause des nerfs

    2. J'ai tous les jours la migraine avec impression d'évanouissement

    3. Voir tout ce qu'on a à faire me donne encore plus la migraine

    4. Le surmenage rajoute du poids à ma dépression

     

    Je ne suis pas bien. Absolument pas bien.

    La méditation ne fait effet que 30 secondes.

     

    On doit aider les soignants mais l'une de nos profs nous pousse à bout.

     

    Je suis à bout. Je cherche des solutions. Je cherche de l'aide. Je cherche du soutien. Je cherche à évacuer.

    Je ferais des articles Ekla, courts et simples.


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique